Théâtre

Silence! Je parle.

D'après l'Histoire "Opérette" de Witold Gombrowicz

 

« Je vous dirai des choses très graves, mais Que mes pieds nus accompagnent mes lèvres...» Vivre dans le monde et pourtant ne pas en faire partie, vivre avec sa famille et ne pas la reconnaître comme telle, parler et ne pas se faire entendre. C'est la vision qui s'impose à Witold, le personnage principal de l'histoire, non désireux d'entrer dans ce que Jean-Paul Sartre appelle la comédie familiale. Comment peut-on trouver sa place et évoluer vers la maturité au sein d'une communauté hypocrite? Il est temps que Witold prenne la parole et exprime son besoin de liberté ...

Distribution

Natalia Zalucka

Metteur en scène

Julien Benet

Julia Berger

Anastasia Joux

Kevin Pancrel

Maëlle Salomon

Pierrick Tardieu

La Révolte Des Anges

Ils sont trois. Ils sont morts. Ils se rencontrent.
Trois morts, trois anges, trois souffrances qui se croisent et se confrontent. 
Ils entrent en scène dans cet ordre : L’écrivain Bernard-Marie Koltès (1948-1989), Le Desperado Joyeux Le peintre Jean-Michel Basquiat (1960-1988), L’Enfant Radiant Le chanteur et trompettiste Chet Baker (1929-1988), Le Prince de la Fêlure. C’est ainsi que, ne s’étant jamais rencontrés de leur vivant, ils se retrouvent après la mort quelque part… et ils n’ont pas encore apaisé leur souffrance! Les voilà réunis, ces morts d'une même époque mais pas du même âge. Presque trois générations, en effet, dont la vie prend fin presque au même moment, presque la même année. Étrange coïncidence, digne de l’attention portée par l’auteur, rendant "témoignage". Icônes figées par une mort prématurée ("Ce que ta disparition t'a empêché de commettre finit par peser plus lourd que ce que tu as commis de ton vivant"). Ces êtres, qui contribuent à nous rendre la vie plus douce, sont les victimes de notre idolâtrie.

Dossier
de presse

Mise en scène: Mario FEROCE
Décor: Esthel EGHNART
Lumière: Betty NICOLAS
Costumes:
Lisbeth BUONANNO
Son: Pascal LESAULNIER

Distribution

Mario Feroce

Metteur en scène

Julien Hérichon

Destin Lenord

Pierrick Tardieu

Alexandra

Girat-Magin

À Côté d'Elle

« Il est devenu premier danseur dans les ballets russes pour danser

avec elle, ceinture noire d’arts martiaux pour se battre pour elle, comédien pour la séduire, jongleur pour l’épater, magicien pour la faire

apparaître… Mais rien n’a suffi, pour LA trouver.

Le jour où il a arrêté de chercher, c’est ELLE qui l’a trouvé !

À travers 1 000 situations abracadabrantes mais aussi touchantes à coeur, Thierry Redler vous raconte une histoire d’amour :

la rencontre avec la femme de sa vie. »

Distribution

Thierry Redler

Protagoniste et Metteur en scène

Alexandra Magin-Girat

Pierrick Tardieu

Lou Redler

CHALLENGE !

4 metteur-e-s en scène sont invités à apprivoiser sans filet 4 textes contemporains avec 6 comédien-ne-s.

Des metteurs en scène dirigent des acteurs dans une première lecture à vue de textes de théâtre contemporain, un premier défrichage du texte.

Comment apprivoiser l’écriture d’un auteur contemporain en moins d’une heure ?

 

– PROGRAMME – 

Chaque mise en espace dure 45 min. suivie d’une discussion avec l’auteur

CROISADES

Texte de Michel Azama, mise en espace par Audrey Bertrand

L’humanité en proie à la folie de la guerre. Les morts croisent les vivants, qui s’entretuent. Jouent à détruire amitié et amour. Une mère courage traverse les siècles à la recherche de ses enfants.

E-GENER@TION

Texte de Jean-Christophe Dollé, mise en espace par Thierry Harcourt

À travers une série de tableaux courts, on balaie d’un regard moqueur et bienveillant les écueils et les fulgurances de cette e-génér@tion, qui a grandi avec les nouveaux moyens de communication, tout en s’interrogeant sur la place mouvante de la mémoire, la nouvelle forme des sentiments amoureux, l’inextinguible soif de savoir, de rencontres, et de pouvoir, en un mot un nouveau rapport à l’infini… à Dieu peut-être.

 

UNE RECRUE

Texte de Noémie Fargier, mise en espace par Sylvia Bruyant

Les débuts dans le monde du travail, d’une jeune femme qui ne sait pas dire non.

Qu’est-on capable de faire en attendant ? En attendant sa vie, la vraie ? Avant de changer le monde, on se plie aux règles et on s’arrête là ? Tel est le parcours de Jana : entrée dans une agence d’hôtesse, en attendant de trouver un « vrai » travail, elle emprunte peu à peu des directions qu’elle avait toujours rejetées. Suit la pente…

 

LES YEUX D’ANNA

Texte de Luc Tartar, mise en espace par Patrick Simon

Une tragédie d’aujourd’hui.

Au lycée, Anna est l’objet de toutes les jalousies, de toutes les rumeurs. Son inadaptation est criante et son regard insupportable : elle a des yeux vairons ! On lui reproche sa différence et peu à peu la curiosité cède la place à l’ostracisme. C’est une vétille qui va mettre le feu aux poudres et transformer cette histoire en tragédie…

 

COMEDIEN(NE)S

Pascal GILBERT / Pascal LAURENT / Valérie MOINET

Marina MONCADE / Marie-Claire NEVEU / Pierrick TARDIEU

 

Une rencontre coproduite par :

Actrices Acteurs de France Associés (AAFA) / www.aafa-asso.info
Les Écrivains associés du Théâtre (E.A.T) / www.eatheatre.fr

le Syndicat National des Metteurs en scène (SNMS) / www.snms.info

Les Virilius

De jolis étudiants combattent le "Mariage pour tous", le torse nu couvert de slogans provocants. Découvrez les détracteurs parodiques des Femen ! Offusqués par la Loi abjecte sur le "Mariage pour n'importe qui", fruit d'une société de consommation cynique et décadente, des jeunes et beaux étudiants d'une Grande École, en pleine rébellion hormonale, décident de s'y opposer de toutes leurs forces. Ils constituent un groupe révolutionnaire, Les Virilius, en choisissant une voie radicale, loin des paillettes de Perfide Garbo, la leader autoproclamée du mouvement contestataire.

Dossier de presse

Distribution

Clément Hassid

Yannis Dubois-Paquelier

Gilian Petrovski

Pierrick Tardieu

Roman Girelli

Jeu, Texte et Mise en scène

Alessandro Avellis

Idée,Texte et Mise en scène

​Êtres Poussière

Une matière légère, insaisissable qui se manifeste dans la nuit et se révèle en pleine lumière. Sans limites, sans cadre, sans contrôle. Sa puissance, comme son pouvoir de métamorphose, de défiguration, de multiplication et sa capacité de résurrection fascinent l’homme depuis toujours.

Fermez les yeux et livrez-vous au spectacle joué par les spectres oculaires, aux créatures tissées de poussière lumineuse. Ces êtres souvenirs qui habitent notre inconscient et nous rendent visite bien souvent. Ils arrivent sans invitation pour créer une maison de cartes ou une forteresse de sable, afin d’y mêler les illusions et les fantasmes avec les bribes de notre vie.

En un mot, rêver.

La première étape de création comprend un travail individuel que chaque comédien effectue avec la metteur en scène. Son objectif est d’interpréter un monologue en l’appréhendant à partir d’un ou deux des cinq sens dont l’être humain dispose et qui jouent un rôle primordial dans la construction des rêves.

Distribution

Natalia Zalucka

Metteur en scène

Myriam Bouznad

Eve Poncelet

Anastasia Joux

Kevin Pancrel

Assistant à la mise  en scène

Robin Rafoni

Maëlle Salomon

Pierrick Tardieu

Histoire de Train

À travers cette histoire, nous avons voulu donner à voir l'intimité d’un couple au travers de scènes courtes. Ces scènes permettent non pas de définir totalement une situation mais d’entre-apercevoir l’histoire de deux êtres. Elles sollicitent l’imagination du spectateur. Histoire de trains nous fait découvrir cette liaison et questionne les rapports humains et amoureux.

La pièce est construite sur une trame dialoguée mais aussi sur des souvenirs qui amènent un jeu sur la temporalité. Le voyage en train devient métaphore de la vie qui passe, routinière mais parfois surprenante. Autour de cette métaphore omniprésente dans le spectacle, se construit l’histoire de deux individus réunis par un coup du sort… Ou plutôt, un coup de théâtre !

Une troisième figure est présente sur scène. Entre présentateur cynique et lien direct avec le spectateur, il est l’instigateur de ce processus théâtral et permet d’amener les souvenirs des personnages tout en questionnant systématiquement la machine à faire le théâtre. C’est par ce caractère métathéâtral (qui n’est en aucun cas un personnage) que l’histoire de ces deux personnes férues d’amour comme de voyages en train est analysée, retravaillée, rejouée dans le temps de la représentation. Comme s’il y avait dans l’amour et dans le théâtre quelque chose d’indicible qu’il faudrait, par tous les moyens, capturer.

La pièce adopte plusieurs niveaux et bascule d’un registre à l’autre au fil des scènes. Théâtre, déconstruction du théâtre, présent et souvenirs se côtoient pour participer à ce moment de vie que nous recherchons.